Bernard.Tartois@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

 

SOMME :

Le Crotoy et le Parc du Marquenterre
Images hivernales de la côte de Bray-Dunes (59) à St Valéry-en-Caux (76)
Quend et Fort-Mahon
Amiens et Saint-Riquier
Mers-les-Bains

 

 

 

 - Mars 2000 -
(dernière mise à jour : novembre 2004)

 


- La météo de la Somme -

 

 

Blottie à l'entrée de la Baie de Somme, Saint Valéry,
est une coquette station qui surveille les caprices de la mer et de la rivière qui s'acharnent à vouloir l'ensabler.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • En arrivant, le mieux est de garer votre camping-car près de la gare qui accueille le petit train de la Baie de Somme.


    FAUX ! TOUT FAUX !!!

    Lors de notre dernière visite de novembre 2004, un policier municipal aussi froid qu'omniprésent nous apprendra qu'il est strictement interdit de stationner sur toute la bordure maritime. Il nous invite à rejoindre l'aire de services située à une demi-heure de marche de la ville basse.

 

  • D'avril à fin septembre, une locomotive à vapeur permet de remonter le temps.
    Du
    Crotoy au Cayeux, en passant par Noyelles et Saint-Valéry, elle vous fera cheminer à 20 km/h le long des ruisseaux bordés de saules, passer à travers champs et marais et découvrir les charmes verdoyants de la baie.

 

  • Comme partout en Baie de Somme, la lumière est aussi extraordinaire que changeante.
    Saint-Valéry qui étage sur sa colline de nostalgiques villas à l'anglaise est le témoin permanent de ces jeux de couleurs allant du gris à l'ocre en passant par le violet.

 

  • Situation stratégique sur un promontoire calcaire dominant la baie a valu à la ville un passé prestigieux. On retrouve des traces de son histoire dans ses trois quartiers : la cité médiévale ceinturée de remparts, le port et celui de l'abbaye.

 

 

  • Agréable promenade le long des quais du petit port.
    A marée haute, les voiliers, vedettes et autres caboteurs créent une animation certaine.
  • Ces derniers déchargent leur précieuse cargaison composée de maquereaux, de poissons plats ou de merveilleuses "sauterelles", ces crevettes grises qui sont la spécialité de la région.

 

  • Sous un beau soleil, le spectacle et la vue sur la baie sont magnifiques.

 

  • Nous arrivons à une longue digue-promenade ombragée de platanes et bordée de superbe bâtisses.
    Colette, Anatole France et Victor Hugo appréciaient tout particulièrement ce lieu.


 

 

 


- La rue des pêcheurs -

 

 

  • Arrivés à l'immense plage, nous longeons la longue promenade et rentrons par la ville haute. Les rues sont tortueuses et sinueuses à souhait.
    La porte de Nevers donne accès aux remparts qui renferment l'église Saint-Martin : l'édifice dresse ses murs à damiers de silex et de grès à l'ombre du clocher trappu.

 

  • Les deux rues qui mènent au calvaire des marins sont bordées de petites maisons pittoresques serrées les unes contre les autres. De là-haut, le panorama est superbe.

 

 

 

 

 

  • Cette journée se terminera par la visite de l'écomusée Picarvie qui est ouvert du 15 février au 15 novembre.
    Il présente un reflet de la vie du Picard au siècle dernier : métiers et traditions d'autrefois sont remis en situation à travers des ateliers, des échoppes, des estaminets ou des petits commerces.

 

  • Quelques courses dans la rue commerçante nous permettent de découvrir le délicieux "gâteau battu" à la pâtisserie B. MARTELL. C'est une des spécialités de Saint-Valéry.

 

 


- La grande aire de services peut accuillir près de 80 camping-cars.
Elle est assez éloignée de la ville basse et du port. -

 

 

  • Il serait possible de dormir près de la gare, sur le port ou sur la place des Pilotes (évidemment impossible depuis 2004 !) mais nous préférons un endroit plus calme.
 

 


 

 

  • Nous mettons le cap sur la pointe du Hourdel distante d'une dizaine de kilomètres. Elle nous semble plus accueillante pour passer une nuit tranquille.

 

  • Nous ne sommes pas déçus.

    C
    e minuscule village étire ses maisons de style picard le long du petit port de pêche : très pittoresque !

 

 

 

  • Près du phare, un parking nous accueille (interdit en 2004 !).


    La vue sur la baie est de toute beauté.

 

 

 

  • Une route sans issue nous conduit à une parking tout récent (2004), situé à 50 mètres de la mer. Nous y passons la nuit en compagnie d'une dizaine de camping-cars.

    En été, une barre de hauteur nous interdit, bien évidemment, cet endroit.

 

 

 

 

  • Le lendemain, nous nous promenons sur les planches du Cayeux, désertes en cette saison et c'est le retour, particulièrement enchantés par ce week-end ensoleillé.

 

 

 

 

 

Bon week-end !

 

 

 

 

- RETOUR CARTE DE FRANCE -

 

 

 Bernard.Tartois@wanadoo.fr