Bernard.Tartois@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

 


- Météo de la Seine-Maritime -

 

A voir également :


Veules-les-Roses - Eu - Criel-Plage - Boucles de la Seine
Varengeville-sur-mer et le Manoir d'Ango - Caudebec-en-Caux, Saint Wandrille et Jumièges
Dieppe et ses trésors - Dieppe et la route du cidre dieppoise
La fête du hareng à Dieppe en 2005
La fête du hareng à Dieppe en 2006
Le parc zoologique de Clères - Montville
Etretat, Yport et Veulettes - St Valéry-en-Caux : la foire aux harengs 2007
Images hivernales de la côte de Bray-Dunes (59) à St Valéry-en-Caux (76)

 

 

- Octobre 2004, novembre 2006 et 2007, mars 2009 -

 

 

 
- Le Tréport vu du calvaire -

 

 

 

 La vocation touristique du Tréport date de 1831,
année où le roi Louis-Philippe fait construire la première villa en bord de mer.

Mais c'est en 1873 que la ligne connaît un réel essor avec la création de la ligne de Chemin de Fer "Paris - Le Tréport".

La société des Chemins de Fer du Nord et de l'Ouest,
dont les affiches présentent le Tréport "comme la plus jolie plage d'Europe à trois heures de Paris", amène des centaines de touristes.

Dès 1936, les "trains de congés payés" confirment l'attrait touristique du Tréport,
qui reste jusque dans les années 50, l'une des plages les plus fréquentées par les parisiens.

 

 

 

 

 

 

 

  • C'est après un court séjour à Saint Valéry-en-Caux et à Veules-les-Roses que nous arrivons au Tréport.
    Nous déjeunons sur la falaise, près du calvaire. La vue est magnifique. Un escalier de plus de 350 marches permet de descendre en ville.


    Depuis 2006, un nouveau funiculaire qui traverse la falaise permet d'accéder gratuitement à ce superbe endroit.

 

 

 

 

 

 

  • Nous dédaignons l'aire de services qui est presque remplie en cette fin octobre pour stationner au pied des plus hautes falaises de France avec 104 mètres, en bordure du quartier des Cordiers.


    C'est sur cet endroit gagné sur la mer qu'au XVIIIè siècle, les pêcheurs vivaient et fabriquaient de longues cordes munies d'hameçons.
    Ils étaient trop pauvres pour s'acheter des filets.

    De nombreux petits commerces animaient ce secteur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Station balnéaire, port de pêche et de commerce, Le Tréport est avant tout une cité qui vit au rythme de la mer, des marées et des bateaux.
    Bordés de restaurants et d'étals de poissons, les quais sont très animés. Suivant la saison, vous pourrez déguster des coquilles, des harengs, de la morue, de la seiche ou de la crevette.

 

 

 

 

 

  • Nous nous promenons longuement dans les petites rues et découvrons tour à tour l'église Saint-Jacques et sa façade typique composée de damiers de grès et de silex et la Croix de Grès qui a servi d'ex-voto lors de l'épidémie de peste survenue en 1618.
 

 

 

 


- Il y a également l'ancien hôtel de ville avec sa voûte et sa tourelle -

 

 

 

  • Juste à côté, une petite place dont les murs sont ornés sur 30 mètres de gigantesques fresques répartie en quatre tableaux retraçant l'histoire de la ville : les baigneurs, le funiculaire, mes métiers de la mer et un vieux pêcheur.
 

 

 

 

  • Une des caractéristiques de la région : de nombreuses maisons portent des plaques en céramique confiant des messages inaltérables tels que "Mon plaisir", "Mon Rêve" ou encore "Sam Suffit"...

    Certaines forment des tableaux et constituent de véritables chefs-d'oeuvre.

 

 

 

 

  • Malheureusement la nuit tombe très vite en cette saison. Nous en profitons pour remonter sur Saint-Valéry-sur-Somme et la Pointe du Hourdel.

 

 

 

 

 

  • Après la fête du hareng de Dieppe, nous sommes revenus en novembre 2006 passer 48 heures dans cette agréable commune.


    Ici aussi il y a une fête du hareng qui se déroule les deux derniers week-ends de novembre. Suite à un conflit avec le Comité des Fêtes, elle est maintenant organisée par les restaurateurs : aucune animation si ce n'est deux chapiteaux où l'on peut déguster le poisson grillé ou mariné.
 

 

 

  • A quinze minutes de la ville, l'aire de services est très confortable avec - ce qui est rare - des places suffisamment larges pour les camping-cars. Il faut dire qu'en cette saison, elle n'est qu'à moitié remplie.


    Stationnement, eau et vidanges pour 6,20 euros (2006) et 7 euros (2009) et possibilité, sans supplément, de se brancher sur le courant électrique pour recharger les batteries. C'est une bénédiction en hiver !

    Des travaux devraient être entrepris en 2010 afin de porter la capacité de cette aire à recevoir 100 camping-cars contre 60 auparavant.

    Les camping-caristes ne s'y trompent d'ailleurs pas puisqu'ils sont tous réunis ici : personne à
    Quend ou à Fort-Mahon et très peu de camions à Dieppe. Il paraît que tous les week-ends de l'année se jouent à guichets fermés...

    Seule l'odeur d'une usine d'engrais toute proche peut être gênante par vent de Nord-Ouest.

 

 

 

  • En novembre 2007, nous avons découvert l'excellent restaurant de l'hôtel "Villa Marine".


    Cuisine inventive et goûteuse, service attentionné, et, le soir, depuis la salle à manger, superbe vue sur la ville et la falaise illuminée.


    Il est situé de l'autre côté des écluses, côté
    Mers-les-Bains. Superbe menu à 28 euros avec, sur certains plats, quelques suppléments non mentionnés sur la carte affichée à l'extérieur (!!!).

 

 

 

  • A noter qu'à deux reprises la désagréable et incompétente "hôtesse" de l'Office du Tourisme - que nous dérangions visiblement - a été incapable de nous donner les renseignements demandés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- RETOUR CARTE DE FRANCE -

 

Bernard.Tartois@wanadoo.fr