Bernard.Tartois@wanadoo.fr  

 

 

 

 

 

 

 

CALVADOS :

La Route du Cidre - Honfleur - La fête de la crevette 2011 à Honfleur - Ouistreham - Fête de la coquille 2011 à Ouistreham
-
La Suisse Normande - Bénouville - Cambremer : Festival 2012 des A.O.C. et A.O.P.
Le Pays d'Auge - Images hivernales de Normandie - Villers-sur-mer : fête de la coquille 2011
Port-en-Bessin 2006 : 3e Fête de la "pecten maximus" - Port-en-Bessin 2007 : 4e Fête de la "pecten maximus"
Port-en-Bessin 2008 : 5e Fête de la "pecten maximus" - Port-en-Bessin 2009 : 6e Fête de la "pecten maximus"
Grandcamp 2007 : 1ère Fête de la coquille Saint-Jacques - Grandcamp 2009 : 3ème Fête de la coquille Saint-Jacques
Bayeux - La Route des Moulins - Merville-Franceville - Isigny-sur-Mer
Arromanches et la batterie de Longues-sur-mer
-
Foire aux l'âne 2010 à Moyaux - Foire aux l'âne 2011 à Moyaux

 

 


- La météo du Calvados -

 

 

- avril 2004, novembre 2007, janvier 2008, octobre 2011 et mars 2012 -   

 


Pour y avoir fait escale des dizaines de fois avec nos différents voiliers, nous connaissons bien ces deux communes.

Lorsqu'un des membres du forum de discussions C.C.L.F. (voyages en camping-car)
a proposé de réunir quelques amis le temps d'un week-end, j'étais très sceptique.

Et bien, le pari de passer deux nuits dans le "Saint-Tropez normand" a été tout à fait réussi (2004)

 

 

 

 

- Deauville -

 

 

 

 

 

  • C'est vers 23 heures que quatre camping-cars et sept amis se retrouvent sur le parking du port de pêche de Deauville, un vendredi soir d'avril.
    Nous nous connaissons depuis plusieurs années grâce aux
    réunions du forum de discussions de C.C.L.F.
    Trois viennent de la région parisienne et le dernier du Loiret. C'est avec le plus grand plaisir que nous nous retrouvons à cette heure tardive.

 

 

- C'était hier : au pied des camping-cars, les voiliers ont remplacé les bateaux de pêche -

 

 

  •  En novembre 2007, les chalutiers avaient été déplacés dans un autre bassin. Les grands voiliers les ont remplacé et l'endroit est maintenant débarrassé des casiers, chaluts et autres câbles qui traînaient partout.

    L'aire de services était fermée. Elle devrait être agrandie prochainement car en 2008, un projet immobilier va être entamé sur toute la presqu'île. Les camping-cars seront interdits de séjour à cet endroit.

    Effectivement, lors de notre passage de 2012, les maisons ont été rasées. Nous sommes tolérés sur la dernière partie du Quai de la Touques, un peu plus loin que l'endroit où nous avions l'habitude de stationner.

    En bord de rivière avec
    Trouville d'un côté et les voiliers et bateaux de pêche de l'autre, le lieu est calme et pittoresque.
 

 


- 2012 : l'endroit où nous sommes encore tolérés. Pour combien de temps ? -

 

 

 

 

 

 

 

 

  • La construction dans les années 20 d'un casino classé parmi les plus grands d'Europe et de deux hôtels devenus célèbres (le Normandy et le Royal) ainsi que l'engouement pour les bains de mer ont fait le succès de cette station.

    C'est Eugène Cornuché, créateur du restaurant "Maxims" à Paris et du maire de l'époque, qu'est construit l'hôtel Normandy. Ce palace de 300 chambres connait tout de suite un succès immédiat pour son confort, son équipement et sa décoration.

    Le "tout Paris", suivi bientôt du "gratin mondain" de la planète, ont fait la renommée de
    Deauville.

 

 

  • Les fameuses Planches sur lesquelles nous nous baladons le samedi matin ont fait leur apparition en 1923. Elles ont été construites en bois d'azobé, réputé imputrescible.

    Aujourd'hui, sur plus de 600 mètres de long, on s'y montre plus qu'on s'y promène et il est de bon ton de prendre un verre ou de déjeuner en terrasse dans l'un des nombreux bars-restaurants qui les bordent.
 

 

 

  • On trouve d'un côté les cabines portant le nom des vedettes américaines venues ici pour le festival et de l'autre les célèbres parasols multicolores qui s'épanouissent à la belle saison.



    Les stars s'y bousculent, invitées chaque année en septembre pour le festival du film américain, laissant derrière elles un sillage de paillettes suffisant pour éblouir les anonymes tout le reste de l'année.



    Mais il y a aussi bon nombre de manifestations qui ponctuent son calendrier : régates, golf, galas, tennis ou courses hippiques.
    Rien ne manque.

 

 

 

 

  • Tout à côté et pourtant inconnus de la plupart, les bains pompéiens étaient en 1923 une enfilade d'atrium et de galeries.


    Il comprenait alors 250 cabines alimentées par un double système d'eau chaude et d'eau froide, un hammam ainsi que des salles de massage et de repos.


    Recouvert de mosaïques à dominante bleue, le tout est agrémenté de petites fenêtres de style Art Déco.

 

 

 

  • L'immense plage de plus de deux kilomètres de sable fin leur vole toutefois la vedette.
    Deauville a beaucoup de charme.

    Nous retrouvons avec plaisir sa marina et ses nombreux voiliers sagement amarrés dans l'attente d'une croisière probablement ventée.
    Elle fut construite entre 1972 et 1975 par les architectes qui avaient conçu la station d'
    Avoriaz.

 

 

 

  • La piscine olympique est l'œuvre de l'architecte qui a notamment fait les plans du Parc des Princes à Paris.


    Elle est alimentée en eau de mer dessalée et jouxte un centre de thalassothérapie.


    Son originalité vient de la couverture des bassins par une série de coques et de demi-coques en voile de béton armé.

 

 

 

 

  • Le Cercle a été imaginé par l'architecte Breney pour des propriétaires d'écuries de courses.


    Construit dans le courant du Second Empire, l'immeuble est agrémenté d'une rotonde axiale percée de baies cintrées, surmontées de niches ornées de bustes en terre cuite.

 

 

 

 

 

  • Les rues du centre-ville bordées de belles boutiques sont un spectacle permanent avec des passants aux tenues très "fashion". Nous passons sur la face arrière du Normandy, ce luxueux hôtel à colombages qui est au coeur de la vie deauvillaise.

 

 

 

 

  • Le ravissant marché installé sous la vieille halle permet de remplir son panier chez les petits producteurs locaux. Charpentée en vrai pan de bois, on note le savoir-faire artisanal local.

    La place est fermée au Nord par un ensemble de boutiques et agrémentée d'un passage couvert donnant sur la face arrière du marché aux poissons.

 

 

  • Une promenade au hasard des rues permet d'admirer de belles villas construites au temps des années folles.

    Les plus célèbres sont "La Breloque" où Eugène Boudin désira s'y faire transporter pour y mourir, "les Abeilles", mélange de style normand et d'Art Déco et la villa "Camélia" à l'architecture extravagante.
 

 


- la villa "Les Abeilles" -

 

 

 

  • Ornée d'une multitude de chrysanthèmes, l'hôtel de ville est, en cette mi-novembre, un régal pour les yeux.


    "Normandisé" en 1961 par l'architecte Albert Guy, le rez-de-chaussée est plaqué d'un parement de briques et de pierres tandis qu'un faux pan de bois habille les parties supérieures du bâtiment.

 

 

 

 

 

  • La place Morny se veut par sa configuration ressembler à la place de l'Etoile de Paris (huit rues disposées en étoile y convergent).

 

 

 

 

 

 

 

- Trouville -

 

 

 

 

 

  • L'après-midi, c'est Trouville, la concurrente, que nous redécouvrons. Il suffit de franchir le pont des Belges pour changer d'ambiance bien que de somptueuses villas anciennes soient présentes.


    Ici, peut être plus d'âme, plus de charme, plus de vie dans ses rues en pente qui escaladent la falaise et moins de "frime parisienne"...


    Ce sont de célèbres peintres comme Monet, Bonnard, Boudin ou Courbet qui l'ont fait connaître.
 

 

 

 

 

 

 

  • Comme à Deauville, il y a ici un casino et "des planches" où il fait bon flâner. Elles sont bordées par de belles résidences balnéaires du début du siècle. Les quais qui longent la Touques sont très animés.

 

  • La célèbre halle aux poissons construite dans le style normand en 1936, inscrite à l'Inventaire du patrimoine, a été dévastée par un incendie en septembre 2006.
    Avec ses neuf détaillants et ses deux ateliers de mareyage, c'était le poumon économique de la ville. Une soixantaine de personnes y travaillaient.
    Elle est en reconstruction à l'identique avec mise aux normes. Les travaux devraient être terminés en 2009.
    En attendant, les poissonniers sont abrités dans des bâtiments provisoires.
 

 

 

  • Un an et demi après le premier sinistre, la halle aux poissons a été frappée une nouvelle fois par un incendie criminel en avril 2008.

 

 

 

 

  • Après ces longues marches, rien de mieux qu'un bon petit restaurant entre amis. Nous retenons l'Espérance, 32 rue Victor Hugo à Deauville. Bonne adresse qui propose une savoureuse cuisine nouvelle, une salle agréable et un service attentionné pour une trentaine d'euros par personne.
    Seul reproche, la patronne semble pressée de nous voir quitter les lieux dès 22 heures...

    Il est temps de rejoindre nos camping-cars dans lesquels nous passons une nuit tranquille à quelques mètres des bateaux de pêche.

 

 

 
- la célèbre brasserie "les Vapeurs" -

 

 

- "La plage de Trouville" par Eugène Boudin et "Voiliers dans le port de Trouville" par Raoul Dufy -
Musée de l'Ermitage - Saint-Petersbourg

 

 

 

 

  • Avant de regagner nos pénates, nous passons la matinée à errer dans le gigantesque marché de Trouville qui a lieu le dimanche matin en bordure de la Touques.


    Excellent week-end entre amis. Un grand merci à Pierre d'avoir été l'initiateur de cette rencontre.
 

 

 

 

 

 


- Notre joyeuse troupe. Il ne manque que Nicole, la photographe... -

 

 

 

 

 

- RETOUR CARTE DE FRANCE -

 

Bernard.Tartois@wanadoo.fr