Bernard.Tartois@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

6 - 7 et 8 mai 2000

cette réunion (probablement la première du genre) est née de l'envie de quelques copains camping-caristes internautes
de faire connaissance et d'échanger autrement que par mails interposés.

 


-Météo de la Côte d'Or -

 

 

 

  • Rendez-vous était donné sur la Place de la Madeleine et c'est sous un beau soleil que nous arrivons dans cette jolie petite ville.
    Mireille et Laurent sont déjà là depuis quelques minutes et nous accueillent chaleureusement.

 

 

-Claude, Philou, Sylvie, Mireille, Laurent, Christine,
Marc, Danielle, Nicole et Bernard :
les pionniers !

 

 

  • Quelques heures plus tard, le petit groupe est constitué et le courant passe tout de suite.
    Très amusant de découvrir, enfin, des amis que l'on connaît finalement si bien... Les conversations vont bon train.
 

 

 

Etrange histoire que celle de Beaune, ville issue de l'eau et consacrée au vin.
A l'origine est Belenos, dieu celte, protecteur des sources, que célébrèrent sur les bords
de l'Aigue et de la Bouzaize, les premiers habitants du lieu.
Il laissa son nom à la cité éclose.

 

 

  • Nous abandonnons deux CHA, un Autostar, un Laïka et un Hymer pour aller visiter les célèbres Hospices.

    Parfaitement conservé, l'Hôtel-Dieu fondé en 1443 par Nicolas Rolin est un bijou architectural du Moyen-Age.
    Ce qui frappe tout d'abord, c'est le contraste extraordinaire qui existe entre l'austérité voulue de la facade extérieure et la richesse de la cour intérieure.
    Au lendemain de la Guerre de Cent ans, la ville souffre de misère et de famine. Les trois quarts des habitants sont sans ressources.
    Il est décidé de créer un hospice pour les "pôvres".
    Une rente annuelle, des vignes et des salines le dotent. De nombreux artistes le décorent.

 

 

  • Construit autour de la cour d'honneur bordée d'arcades en bois, les façades gothiques et surtout les toits polychromes sont de toute beauté : ils sont recouverts de tuiles multicolores qui dessinent d'extraordinaires figures géométriques.


  • Deux galeries superposées permettaient aux soeurs d'assurer leur service à l'abri des intempéries.Au milieu de la cour, un puit orné de ferronnerie gothique assurait un approvisionnement très pratique aux Hospices.


  • L'Hôtel-Dieu a rapidement acquis une grande renommée pour la qualité de ses soins : les soeurs ont accueilli et soigné de nombreux malades qu'ils soient indigents ou bourgeois.

    Ces derniers, grâce à leurs dons, ont permis d'agrandir et d'embellir l'hôpital.


  • Nous visitons la grande salle des pauvres qui servait de réfectoire. Son immense voûte en forme de carène de navire est richement décorée. La chapelle en fait partie intégrante : elle permettait aux pensionnaires d'assister aux offices sans avoir à se déplacer.

    Nous parcourons également d'autres salles qui accueillaient les malades puis arrivons dans la cuisine dominée par son imposant vaisselier. Nous remarquons la vaste cheminée à deux foyers et le gigantesque tourne-broche.

    La pharmacie est assez impressionnante avec ses étains et ses innombrables pots de verre et de faïence qui contenaient les ingrédients les plus divers.

    Le polyptyque du XVè siècle termine cette agréable visite : il représente le jugement dernier . Il était accroché au dessus de l'hôtel dans la chapelle et ouvert lors des grandes fêtes.

    Les Hospices possèdent plusieurs vignobles. Ils procèdent chaque année pendant trois jours à une vente aux enchères de renommée internationale. Les bénéfices retirés leur permettent de continuer l'oeuvre charitable entreprise depuis plusieurs siècles.

 

  • Un dernier petit tour dans la ville et nous improvisons un apéritif en plein air sur la Place de la Madeleine. Il fait beau, il fait chaud et tout le monde est heureux d'échanger ses souvenirs de voyages. Curieusement (et heureusement !), l'informatique et les pages persos ne sont pas à l'ordre du jour...

    Nous terminons fort tard cette sympathique soirée à la terrasse d'un restaurant.

 

  • La matinée du lendemain est exclusivement consacrée à papoter et à faire plus ample connaissance.

 

  • L'après-midi, c'est dans le cadre d'une des plus vieilles églises de la ville que nous visitons le Marché aux Vins situé juste en face des Hospices.

    Laurent est notre guide.

  • La première partie est assez impressionnante: le caveau est plongé dans l'obscurité. Il est seulement éclairé par quelques tonneaux qui supportent une bougie et une bonne bouteille.
    Le taste-vin qui nous a été remis à l'entrée ne chôme pas...

 

  • Nous commençons par des Bourgogne blanc comme le Meursault ou le Puligny-Montrachet pour continuer par les rouges.
    Santenay, Aloxe-Corton, Pommard et autres Chambolle-Musigny savent réjouir nos palais !

C'est gaie et souriante que notre petite équipe quitte ce lieu magique...

 

  • Il fait chaud et beau.
    Christine, Nicole et Marco nous abandonnent pour un tour de ville dans le petit train touristique. Durant quarante minutes, ils vont découvrir la Collégiale Notre Dame, la Maison du Colombier, la Chapelle de la Charité, la Porte Saint Nicolas et l'Hôtel de Ville.

    Ils reviennent enchantés d'autant qu'ils ont trouvé un petit coin bien sympa pour passer la nuit: le parking de la Bouzaize situé dans le nord-ouest de la ville, à dix minutes du centre.

 

 


 

 

  • Nous partons tous en reconnaissance et partageons leur enthousiasme pour cet endroit ombragé, bordé d'un ruisseau et surtout très calme (prendre la rue du Faubourg St Martin, direction parc de la Bouzaize).

    Un petit tour dans le parc tout proche et nous allons chercher nos camions restés sur la Place de la Madeleine.
    Tables et chaises sortent rapidement de leur coffre et nous dégustons un apéritif bien mérité.
    Philou et Claude ont déjà ramassé du bois mort et le barbecue est en route.
    Cette excellente soirée passée en compagnie de nos amis se prolonge fort tard.

 

  • Le lendemain, les départs s'échelonnent et nous nous promettons tous de nous retrouver pour une aussi sympathique réunion.
 

 

Nous devons nous aussi regagner notre "chère" région parisienne. 
Totalements séduits par ce week-end, nous reviendrons visiter Beaune d'une façon plus approfondie :
surtout les petits villages aux noms célèbres qui l'entourent :
Nuits-Saint-Georges, Vosne-Romanée, Gevrey-Chambertin...

 

 

 

 

 

- Mars 2007 -

  • Nous avons découvert l'aire de services de Beaune et y avons fait escale en revenant de Camargue :
    Prendre la sortie 24, puis direction "Centre ". Le parking est situé sur l'avenue Charles de Gaulle, juste après l'hôtel Mercure, en face de la station BP.

    Très bien éclairé par de nombreux lampadaires, il est à cinq minutes à pied du centre historique.

    Six places pour les camping-cars mais aussi une centaine pour les voitures qu'il est possible éventuellement d'occuper. Le stationnement est gratuit et les services à 2,50 euros par jeton inséré dans une borne Flot Bleu.

    Aucun bruit pendant une nuit du samedi au dimanche qui n'est pourtant pas généralement réputée pour être une des plus calmes en ville.

    A recommander.

  • Le parking de la Bouzaize est toujours accessible aux camping-cars et aussi tranquille.

  • De divines pâtisseries comme on en rencontre très peu souvent au "Palais des Gourmets", 14 place Carnot.
 

 

 

 

 

Office du Tourisme de Beaune
Rue de l'Hôtel-Dieu

Tél: 03.80.26.31.30.
Fax: 03.80.26.21.39.


Merci de votre visite et à bientôt!

 

 

- RETOUR CARTE DE FRANCE -

 

 

 Bernard.Tartois@wanadoo.fr