Bernard.Tartois@wanadoo.fr  

 

 

 

 

 

 

 


- Météo de l'Eure -

 


A voir également :

Le Bec Hellouin
Boucles de la Seine
Escale à Broglie
Les boucles de la Seine

 

A moins de 100 km de Paris,
la région des Andelys constitue un agréable but de week-end.

 

 

 

 

  • Le parking du port de plaisance du Petit Andely est très bien situé. Calme, il est bordé d'arbres avec vue imprenable sur la Seine distante d'à peine 50 mètres. Il y a même un robinet !

    C'était autrefois un village de pêcheurs alors que le Grand Andely constituait le centre culturel et religieux d'une ville romaine.

 

  • Bon accueil à l'Office du Tourisme tout proche qui est situé dans une vieille demeure restaurée de la rue Philippe Auguste.

 

 

  • En ce week-end ensoleillé de Toussaint 2001, la promenade le long du fleuve est un vrai régal.

    Les quais dorés par les couleurs automnales jouxtant de splendides bâtisses et des arbres centenaires incitent à marcher longuement...

    L
    a Seine se fraye un passage le long des falaises de craie.

 

 

 

 

 

 

 

  • Nous arrivons au magnifique Hôpital Saint- Jacques édifié par le Duc de Penthièvre à la veille de la Révolution.

    Il remplace une halte des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. C'était le refuge des indigents et des malades dans un bâtiment aux dimensions d'un palais.

 

 

  • Nous revenons par la ville qui renferme de vieilles maisons pittoresques et faisons quelques achats.
    A noter l'adresse d'un véritable artisan charcutier-boucher qui propose des produits de qualité : Guy GODARD, au 30 de la rue Saint-Jacques au
    Petit Andely.

 

 

 

 

 

  • Aussi modeste que charmante, la petite église Saint Sauveur de style gothique, renferme des orgues de 1674.

    Elle a été édifiée en 1202 d'un seul jet ce qui explique sa rare unité.

    Installée sur une belle place, une fontaine et des platanes lui donnent un aspect méridional.

    Son clocher si original et d'une rare finesse domine la ville tel une épée.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • L'après-midi est consacré à la visite de Château-Gaillard. Vingt minutes d'ascension depuis le parking et nous découvrons une vue extraordinaire sur la ville et la Seine.
    Bâti sur un éperon rocheux, il domine d'une centaine de mètres le cours sinueux du fleuve.

    Avec ses tours, ses fossés profonds, ses hautes murailles, il frôlait la perfection militaire.
 

 

 

 

  • Symbole de la puissance des Plantagenet, édifiée par le dernier des Princes Anglo-Normands, rivaux des Rois de France, l'oeuvre de Richard Coeur de Lion protégeait militairement la Normandie des convoitises de Philippe Auguste.

 

 

  • Il fut construit en un peu plus d'un an. Son histoire est faite de prises et de reprises jusqu'à son démantèlement. Pourtant sa double enceinte, ses dix-sept tours, son donjon, ses fossés profonds et ses trois hautes murailles aveugles étaient réputés imprenables...

    Pourtant, les soldats du roi de France surent trouver le défaut de sa cuirasse : les fenêtres des latrines, placées trop bas, leur permirent de prendre le château en 1204.

 

 

 

 

 

 

 

Sur la route du Vexin normand, ce pays d'ombre et de lumière,
châteaux et villages conjuguent leur passé avec l'art du présent.

 

 


- La forêt de Lyons -

 

 

 

 

  • Le lendemain, une vingtaine de kilomètres et nous arrivons à Lyons-la-Forêt.

    Au coeur d'une des plus grandes hêtraies d'Europe, ce village ressemble à une maison de poupée nichée dans une clairière.


    Dès le Moyen-Age, les moines installés à Mortemer, une abbaye dans laquelle nous allons nous rendre, travaillaient dans la forêt de Lyons. Au gré de leurs ébranchages, ils construisirent des granges, puis des hameaux et enfin des villages.

 

 

  • Lyons en est un bel exemple. Peu à peu il se peupla d'artisans dont la matière première était le bois. Sabotiers, charbonniers, et surtout verriers qui consommaient beaucoup de bois de chauffage, donnèrent vie à cet endroit.

    Il est disposé en cercle autour de ses vieilles Halles qui trônent au milieu de la place. Elles datent sous leur forme actuelle du milieu du XVIIIème siècle. Les poutres enchevêtrées donnent l'impression de se trouver dans un ancien bateau.

    Le beau grenier abrite souvent des expositions de peinture.

    Partout les géraniums rehaussent la couleur sable des murs.

 

 

 

 

 

  • De très anciennes maisons ont beaucoup de charme. Ici, tout ou presque est en colombages, torchis ou vieilles briques.
    On découvre la maison dans laquelle Maurice Ravel effectua plusieurs séjours.

 

 

 

 

  • Totalement envahi par des voitures le plus souvent mal garées, "ce plus beau village de France" ne nous aura pas totalement séduit.
    Nous déjeunerons sur un grand parking très calme situé au dessus de la Gendarmerie. Possibilité d'y passer la nuit.

     

 

 

 

 

 

 

 

  • Tout près, blottie au creux d'un vallon, se situe l'Abbaye de Mortemer.
    Ses ruines sont-elles hantées ?


    D'après une légende, chaque nuit de pleine lune, le fantôme de Mathilde, fille de Henri Ier d'Angleterre, reviendrait errer au bord des étangs de Mortemer. Ne supportant plus ses frasques amoureuses, son père l'aurait emmurée dans l'abbaye...

     

    Dans les caves, le musée de la vie monastique évoque les contes et légendes liés à ce lieu.

     

 

 

 

 

  • Au premier étage, nous parcourons de beaux appartements meublés. Dans une des pièces, nous admirons un recueil de chants liturgiques en parchemin qui date du XVème siècle.

     

 

 

 

 

  • Reçue dans l'ordre des Cîteaux en 1138, l'abbaye prospère rapidement grâce à de généreux donateurs. Les bâtiments sont si beaux que les rois y viennent en visite.

     

     

 

 

 

  • Les hauts pans de murs sont envahis par la végétation qui monte jusqu'aux fenêtres des cellules percées dans la pierre. Ici on repère une arcade, là un chapiteau sculpté...

    On a toutefois bien du mal à deviner sur le sol le plan de l'église.

 

 

  • Le splendide colombier servit à une époque de prison.


    Il comporte 930 boulins et possède encore une échelle pivotante.

 

 

  • Cette intéressante visite se termine par le tour du domaine en "petit train".

     

     

 

 

 

  • Nous revenons passer la nuit sur le parking du port de plaisance de Petit Andely.

    Le lendemain nous empruntons une petite route qui longe la Seine, la D 313.


    Il a un joli panorama sur la vallée depuis le parking de Notre Dame de Bellegarde.


    Puis nous traversons de petits hameaux comme
    Le Thuit, La Roquette, Muids et arrivons à Andé. Sous un beau soleil ce parcours est vraiment très agréable.

     

 

 

 

 

 

 

 

  • La D 19 étant en travaux, le hasard des déviations nous mène par de petites routes à l'Abbaye Notre Dame de Fontaine-Guérard.


    Située en pleine campagne au bord de l'Andelle, l'endroit est tout simplement merveilleux.


    Dans un parc romantique, on peut découvrir la nef de l'église abbatiale, le bâtiment conventuel avec sa salle capitulaire voûtée, la salle de travail des religieuses, le parloir, le dortoir et la Chapelle Saint Michel.


    Elle ne se visite pas du 30 octobre au 1er avril. Nous reviendrons découvrir ce bel endroit.

 

 

 

 

 

 

  • A quelques centaines de mètres, le long de l'Andelle, les ruines d'une gigantesque filature qui ressemble à une cathédrale. A voir absolument !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les écluses d'Amfreville sont spectaculaires par leur taille impressionnante.


    La grande écluse mesure 220 mètres de long.


    Une passerelle métallique permet de regagner l'autre rive dans le bruit assourdissant de l'eau qui s'écoule tel un torrent.

     

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Un peu plus loin, la Côte des Deux-Amants s'offre à nous.


    Le panorama est prodigieux.


    On domine la courbe majestueuse de la Seine et le cours de l'Eure qui enlacent pas moins de six plans d'eau.

     

     

     

     

     

     

  • Nous finissons ce week-end en beauté en dînant à la "Chaîne d'Or", restaurant gastronomique qui allie finesse des mets, cadre agréable en bord de Seine et service irréprochable.


    Compter 400 à 500 francs par personne (02.32.54.00.31).

     

     

     

     

     

 

 

  • Nous reviendrons prochainement car cette région proche de Paris offre d'innombrables curiosités à découvrir.

 

 

 

 

 

Merci de votre visite et à bientôt !

 

 

 

- RETOUR CARTE DE FRANCE -

 Bernard.Tartois@wanadoo.fr