Bernard.Tartois@wanadoo.fr

 

 

 

 

 

 

- Août 2004 et avril 2013 -

 


- La météo du Bas-Rhin -


- La météo du Haut Rhin -

 

Ce symbole vous indique un bon coin
où passer la nuit, un point d'eau, un restaurant, etc.

 

 

 

2004 : revenant de trois semaines très ensoleillées en Allemagne,
c'est avec plaisir que nous parcourons cette Route du Vin que nous avions déjà découverte il y a plus de 15 ans.
Longue de 170 km, elle va de Thann au Sud à Marlenheim au Nord.

Créée en 1953, elle s’étire entre la plaine du Rhin et les Ballons des Vosges.
Elle traverse un territoire vallonné, habillé de vignes et jalonné de villages fleuris aux maisons à colombages,
de châteaux et de remparts médiévaux.
Un régal !

 

 

 

Elle offre de véritables images de cartes postales :
vignes grimpant à l'assaut des forêts vosgiennes, ruines de fiers châteaux,
villages aux vieux remparts qui ne protègent plus que des ruelles fleuries,
mais aussi des demeures séculaires, des fontaines et des églises romanes.

L'Alsace sait accueillir les camping-cars et les interdictions de stationner sont peu nombreuses.

 

 

 

 

 

En avril 2013, c'est par le Col du Bonhomme que nous pénétrons dans cette belle région.
Après un hiver interminable en Normandie et un printemps tardif,
l'Alsace nous reçoit sous un beau soleil et une température de 28°. Cela ne durera pas !
Les forsythias sont en pleine floraison et ces boules d'or magnifient les paysages.

Prévoyant un séjour plus long, nous ferons quelques visites supplémentaires au programme de 2004,
notamment le chateau du Haut-Kœnigsbourg, Colmar et Saverne.

Le récit 2013 ne sera pas en police bleue mais en police verte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • C'est à quelques kilomètres de Rouffach que nous passons notre première soirée et notre première nuit en Alsace.


    Le Domaine du Bollenberg propose cinq places aux possesseurs d'Hymer ou aux adhérents France-Passion.
    Nous connaissions ce merveilleux endroit perdu au milieu des vignes pour y avoir été invités par Hymer France il y a une quinzaine d'années. Nous partions ensuite visiter l'
    Autriche.

    Depuis le parking, la vue sur les environs est époustouflante : Vosges, plaine d'Alsace et Forêt Noire. Rien que ça !


    Le Clos Sainte-Apolline Bollenberg produit de grands vins à la réputation établie depuis de nombreuses années.


    Le soir, nous prenons un repas typiquement alsacien à l'Auberge du Vieux Pressoir. Malgré une température qui frôle les 30°, nous boudons la terrasse et dînons courageusement à l'intérieur pour profiter du cadre. Il faut compter une cinquantaine d'euros par personne.

 

 

 

 

  • Après une nuit sans aucun bruit, il fait déjà 23° au réveil. Nous ne quittons pas les lieux sans avoir remercié nos hôtes de nous avoir reçu pour cette étape.
     
 

 

 

 

 

 

  • Notre premier arrêt se fait à Westhalten. Son nom veut dire : "vignobles et coteaux situés à l'ouest".

    C'est un coquet village fleuri et bien tranquille, situé à l'entrée de la Vallée Noble. Plus du quart de la superficie de la commune est occupé par les vignes. Parmi les curiosités figurent une église, une horloge solaire, des maisons à oriels et pour finir un puits et un cachot devant la mairie.

    Le village est également connu pour ses ânes ! Ainsi, durant l'été, le troupeau participe chaque semaine à un grand défilé.

    En sortie de ville, il y a une aire de services qui était en panne le jour de notre venue. Ne comptez pas y dormir, elle est en bord de route.
 

 

 

 

 

  • Quelques centaines de mètres plus loin, nouvelle halte à Soultzmatt qui prépare sa fête du vin.

    Beaucoup d'animation dans la rue qui s'étire le long de la rivière. Les stands de dégustation ne sont pas sans nous rappeler la
    Percée du Vin Jaune dans le Jura.

 

  • En 2013, le centre-ville est en rénovation totale. Des déviations sont installées et nous ne retrouvons pas, bien évidemment, le charme de cette cité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Nous déjeunons à côté de l'aire de service de Rouffach. Près du stade et du petit camping.
    L'endroit est bien tranquille et à deux pas du centre. Pour l'eau, les jetons à 2,50 euros (!!!) sont à retirer au camping ou à l'office du tourisme.
    Il distribue un plan explicatif qui permet de faire le tour de cette ville chargée d'histoire et de voir les principales curiosités.
 

 

 

 

  • En 2013, les jetons sont passés à 5 euros !!!
    Un petit tour à l'O.T. qui nous distribue des conseils de visite et des documentations sur la région. Un excellent accueil nous est réservé.

    Arrivant de Normandie, nous passons la nuit sur le parking de la piscine en compagnie de trois camping-cars. L'endroit est tranquille et la végétation qui se réveille enfin est magnifique.
 

 

 

 

 

  • Les monuments principaux sont la superbe église Notre Dame de l'Assomption et la Tour des Sorcières qui est dominée par un nid de cigognes.

    Les rues et ruelles permettent de découvrir des résidences patriciennes et des maisons vigneronnes qui forment un ensemble urbain plein de charme. Il y a aussi une ancienne halle au blé, un abattoir, des bains publics et des granges.

 

  • Comme hier, lors de notre arrivée, la température est de plus de 25°.
    Nous nous promenons longuement dans ce joli village.

    Les géraniums d'août 2004 ont laissé la place en cette mi-avril à de magnifiques tulipes et jacinthes.
 

 

 

 

 

  • Enchantés par cet après-midi, nous revenons passer la nuit au Bollenberg. Une dégustation proposée par un des propriétaires se conclura par l'achat de quelques bouteilles de Pinot Noir, de Riesling et de Crémant.

 

  • C'est presque à regret que nous quittons ce merveilleux endroit pour continuer notre circuit.
 

 

 

 

 

  • Plein d'eau à une fontaine à gros débit sur la jolie place de la mairie de Pfaffenheim. Toutes les maisons sont fleuries de nombreux géraniums aux couleurs éclatantes.

    Ici, on entend presque le silence. Visite de l'imposante église Saint-Martin et nous repartons pour quelques kilomètres.

 

 

  • En 2013, nous faisons à nouveau une balade dans ce joli village.
 

 

 

 

 

 

 

 

  • Nouvel arrêt à Gueberschwihr, un village dont la place principale possède un lavoir à chevaux. Elle est dominée par le clocher de l'église, joyau du village.

    L'endroit est très paisible. C'est un territoire privilégié pour les très nobles et très réputés cépages que sont les Tokay, Muscat et autres Gewurtztraminer.
    Les caves de dégustation abondent.


    Nous nous promenons dans les ruelles médiévales jalonnées de fontaines et de porches fortifiés avant d'emprunter une route très étroite.
 

 

  • Nous ne nous rappelions pas que ce village était si pittoresque.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Elle nous mène à Voegtlinshofen.


    Un grand parking nous permet de déjeuner et d'admirer un somptueux panorama sur toute la plaine d'Alsace.


    Possibilité de passer la nuit si on le souhaite.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Halte à Husseren-les-Châteaux qui est l'endroit le plus élevé du vignoble alsacien avec 390 mètres.


    Les trois tours d'
    Eguisheim nous dominent. Le temps se couvre malheureusement et les coups de tonnerre sont nombreux.

    Il fait plus de 30° !
     
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Nous passons une bonne partie de l'après-midi à visiter Eguisheim qui est un des "plus beaux villages de France". Et il le mérite bien !
    L'office du tourisme distribue un plan sur lequel est indiqué un circuit qui permet de voir tous les trésors de ce centre viticole.
 

 

 

 

 

  • Après avoir fait le tour du chemin des remparts bordés de vieilles maisons à colombages amoureusement fleuries, on arrive à la place centrale qui est vrai plaisir pour les yeux.

    Cette curieuse cité médiévale est bâtie en cercles concentriques

    Nous admirons également les nombreuses enseignes métalliques qui signalent l'activité de chaque boutique. Une tradition vieille de cinq siècles qui est perpétuée par une entreprise locale.
     
 

 

 

  • Nous passons la nuit sur le grand parking de la Mairie qui est gratuit. Cela nous permet de nous promener à nouveau le soir dans ce superbe village alors que tout est calme.

 

 

  • Malgré une température et un vent glacials, nous tomberons à nouveau sous le charme de ce magnifique village très fleuri aux maisons multicolores.

    Le parking de la Mairie est maintenant payant : 2 euros. Somme très raisonnable que nous donnons bien volontiers car elle est destinée à participer au fleurissement de la cité. Très bonne initiative !
 

 

 

 

 

 

 

 

  • Quelques kilomètres et Wettolsheim se dessine. Ce serait d'ici que la culture de la vigne introduite du temps des romains se serait étendue à toute la région.


    Une réplique de la grotte de
    Lourdes a été offerte par l'évêque de Tarbes qui était né dans ce village. On la croirait faite de carton-pâte, elle est effectivement construite en carton-pâte...

    Possibilité de passer la nuit sur le petit parking qui la jouxte.

 

 

 

 

 

 

 

  • Retour sur Eguisheim pour dormir sur le grand parking.

    Calme et vue sur les vignes et les villages environnants sont garantis.

    En été, je conseille de ne pas arriver avant 19 heures pour pouvoir choisir sa place. Il y a même des toilettes publiques.

  • Beaucoup de places libres. Nous passerons même la nuit seuls.
     
 

 

 

 

  • Grand soleil et chaleur pour la visite de Turckeim.

    Nous stationnons le long de la petite rivière où il est possible de rester la nuit.

    Passé la Porte de France, on pénètre sur la magnifique Place Turenne. Entourée par de belles maisons anciennes, elle a pour toile de fond l'hôtel de ville et l'église.



    L'ancienne cité gardée par trois tours a une forme triangulaire. Nous nous promenons longuement dans la Grand'Rue et dans la rue des Vignerons.

 

 

 

 

 

  • Même parcours agréable en 2013 qui nous fait parcourir la Grand'Rue et revenir par la rue des Vignerons.

    En ce dimanche, les lieux sont quasiment déserts et nous pouvons profiter de la quiétude de l'endroit.

    Nuit tranquille entre la rivière et le quai de la gare. Les trains sont très peu nombreux et absolument pas gênants.

    Avant de quitter ce bel lieu, nous visitons longuement le magasin d'usine Staub qui renferme nombre de trésors de réputation internationale : poëles, casseroles et cassolettes, marmites etc.

    Cet agréable moment fera chauffer la Carte Bleue !
 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Arrêt dans le calme petit village de Niedermorschwihr pour admirer une fois de plus quelques maisons anciennes. Périlleusement accroché à flanc de coteau, croulant sous les vignes, c'est un bourg minuscule.

    Ici, rien ne manque au décor typiquement alsacien : maisons peintes à colombages, fontaines de grès rose, géraniums et oriels signalant la maison des vignerons.
 

 

 

 

 

 

  • Halte à Ammerschwihr pour la visite de l'église Saint-Martin. Ce village avait été littéralement rayé de la carte par les bombardements de 1944.
 

 

 

 

 

 

 

  • Nous arrivons à Kaysersberg en milieu d'après-midi.

    Une petite centaine de camping-cars sont déjà présents sur le parking (2 euros le jour et 4 la nuit). Bordé par la nationale très fréquentée qui relie
    Colmar à Saint-Die, je me demande comment ce lieu a pu être élu "aire de l'année 2002" par la revue Camping-Car Magazine !
    Le bruit de la circulation est ininterrompu.
 

 

 

 

 

 

 

  • C'est à Kaysersberg que naquit le Docteur Schweitzer.
    La ville lui a consacré un musée.

    Après avoir franchi le pont fortifié, nous nous promenons dans la grande rue où les vieilles maisons sont superbes.

    Elle a conservé tout son charme médiéval. Sur une petite place décorée d'une fontaine se dresse l'église.
     
 

 

  • Les premiers camions démarrent à 7 heures. Une heure plus tard, il y a déjà une dizaine de camping-cars qui font la queue à l'unique robinet et à la seule bouche d'évacuation.


    Comme d'habitude, il y les "stars" qui décomposent les opérations : d'abord on vide et on rince consciencieusement sa cassette, puis on regarde couler béatement ses eaux usées jusqu'à la dernière goutte sans bouger, sans rien dire. Il est enfin l'heure de sortir tranquillement son tuyau et de faire le plein d'eau. Vingt minutes se sont écoulées...
     
 

 

  • Malgré la proximité de la route toute proche très fréquentée et le bruit de la circulation, l'aire de services qui peut accueillir plus de 80 camping-cars, fait le plein quasiment toute l'année.

    Depuis notre dernière venue, deux pistes au lieu d'une permettent les services.

    4 euros sont demandés pour la journée ou 7 euros si l'on souhaite également y passer la nuit.
 

 

 

 

 

 

  • Si je suis venu à de nombreuses reprises à Colmar pour mon travail, c'est la première fois que nous y faisons halte pour visiter cette ville qui s'avèrera magnifique et pleine de découvertes.

    Commençons par la mauvaise surprise, la seule : les camping-cars doivent se garer le long de l'avenue de la Cavalerie où la très importante circulation et le bruit qu'elle engendre sont insupportables. Si cet endroit est proche du centre, il en coûte la coquette somme de 2,80 euros par heure. Soit 8,40 euros pour 3 heures !

    C'est parti pour une visite proposée par le Michelin Vert qui sera un plaisir d'un bout à l'autre.

    Bien que nous soyons en semaine une foule importante se presse aux vitrines des boutiques de la rue piétonne.

    Un virage à droite et la Grand'Rue nous fait passer devant la maison des Arcades et la maison du Pèlerin avant d'atteindre la pittoresque place de l'Ancienne Douane presque cernée par les maisons à pans de bois.

    Ici jaillit la fontaine Schwendi, œuvre du sculpteur colmarien Bartholdi.

     

    En pénétrant dans le quartier des Tanneurs nous arrivons dans la "Petite Venise" qui est un véritable régal pour les yeux. C'est du pont Saint-Pierre que l'on a la plus jolie vue avec la tour de l'église Saint-Martin en arrière-plan.

    Après cette longue balade aussi ensoleillée qu'intéressante, nous faisons un détour par la cathédrale et regagnons le camping-car.

     

 

 

  • Nous quittons notre lieu de stationnement toujours aussi bruyant où il est totalement impossible de passer la nuit pour rejoindre Riquewihr.

    Le parking des cars, place Monnet, nous est autorisé de 19 h à 9 h. Demain, il faudra trouver un autre endroit.


 

 

 

 

 

 

  • Notre première halte de la journée se fera à Kientzeim, cité viticole bien tranquille.

    Elle abrite un château et une église dont la tour gothique a été restaurée. Cette riche bourgade aligne au fil de ses rues de magnifiques maisons à colombages et des demeures patriciennes. Elle est aussi le berceau du célèbre Tokay.

    Belle promenade entre les remparts et les vignes où deux endroits permettent de passer la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

  • Nichée entre des collines couvertes de vignes, Riquewihr doit tout au vin. Elle fut dès les temps les plus reculés un centre viticole très renommé. Blotti au pied des collines sous-vosgiennes, c'est un ensemble historique et architectural unique.

    C'est aussi l'un des "100 plus beaux villages de France".
 

 

 

 

 

  • Le parking autorisé aux camping-cars est envahi par les voitures, nous poursuivons donc sur le parking des bus (possibilité de passer la nuit).


    Ce village, qui est probablement le plus célèbre de la Route des Vins, est noir de monde.

    Nous commençons par un tour en petit train. Il nous emmène sur les hauteurs d'où l'on a une vue impressionnante sur le village.


    La rue du Général de Gaulle est l'artère principale mais il ne faut pas hésiter à se promener dans les petites rues adjacentes. Partout des maisons vigneronnes, des maisons de maîtres et l'imposant beffroi du Dolder, la porte supérieure ou les solides murs d'enceinte médiévaux. commentées par un guide que nous remet l'office du tourisme.

    Avec sa débauche de géraniums à toutes les fenêtres, la ville semble toujours être en fête.
     
 

 

 

 

 

 

 

 

  • Nous redescendons par la rue des Remparts et là, surprise, nous rencontrons nos amis, les Jardin. Membres du forum de discussion C.C.L.F., nous avions participé en leur compagnie aux rencontres de Saint Cyr-sur-Morin et de Brugges.

    Nous sommes vraiment les uns et les autres surpris par cette coïncidence. Avant de nous quitter, nous échangeons quelques nouvelles et prenons la photo-souvenir.

    Dans le Club des Cinq, cher à notre jeunesse, une seule ne dépasse pas 1m 85...
 

 

 

  • Troisième jour de grand beau temps chaud et ensoleillé mais la pluie arrive...

    Riquewir est décidément le village des retrouvailles puisque nous croisons de "vieux" amis camping-caristes perdus de vue depuis quelques années. Claude et sa charmante épouse Danièle avaient participé au début des années 2000 à plusieurs rencontres du temps de la splendeur du forum
    C.C.L.F..

    Nous trinquerons avec une bonne bouteille de Crémant pour fêter cette rencontre en évoquant de nombreux souvenirs.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Quelques difficultés à se garer près de Ribeauvillé car, là aussi, il y a beaucoup de monde.
    Nonchalamment étendue le long des premiers contreforts des Vosges, cette cité viticole est dominée par trois châteaux.

    Nous remontons la Grand'Rue qui s'étend sur presque deux kilomètres. La Tour des Bouchers séparait autrefois la ville haute de la ville basse. De belles maisons anciennes, l'hôtel de ville, des fontaines et une église sont les principales curiosités.
     
  

 

 

 

  • En quittant la ville, nous sommes très admiratifs envers une trentaine de camping-caristes qui s'apprêtent à passer la nuit sur l'aire située entre deux ronds-points. Une circulation intense garanti du bruit pour leur séjour.

 

  • Fort heureusement, l'aire de services a été déplacée route de Guémar, à environ 200 mètres du précédent lieu. L'endroit est calme.
    Il est demandé 1,50 euro pour 6 heures de stationnement, 1,50 euro pour la nuit et 2 euros pour l'eau.
     
 

 

 

  • Nous n'étions pas montés au château du Haut-Kœnigsbourg depuis plusieurs dizaines d'années.

    Il n'y a pas de parking spécifique et en ce jour de semaine de la mi-avril, il est impossible de trouver une place au bord de la route. Il nous faut arriver tout à fait à la fin de la zone de stationnement pour enfin nous garer sur un emplacement de car. Je n'aime pas trop...

    Qu'est-ce que cela doit être en été !
 

 

 

  • Bâti sur un éperon rocheux, à plus de 700 m d'altitude, peu de lieux ont la puissance évocatrice de ce château féodal. Cette reconstitution est un balcon avec vue des derniers escarpements des Vosges à la plaine viticole.


    Ce bastion jouit d'emblée d'une situation pour le moins exceptionnelle : elle permet à ses occupants un repli facile et rempli la fonction d'observatoire.


    La visite sous la houlette d'un guide est particulièrement intéressante.
    Passer la haute porte, c'est plonger dans l'univers du Moyen Age.
    La basse-cour accueille les éléments nécessaires à l'autonomie de la forteresse en cas de siège : hostellerie, écuries, forge et moulin.
    Par une rampe bordée de meurtrières, on accède ensuite au portail des Lions et au fossé séparant le logis du reste du château. Au rez-de-chaussée ont été reconstituées le cellier et les cuisines.


    De la cour intérieure s'élèvent deux escaliers en colimaçon qui desservent les étages.
    Chambre de séjour et chambre à coucher se trouvent au Sud et au Nord, salle des fêtes, salle Lorraine et salle d'armes à l'Ouest.



    Pont-levis, salles d'armes, donjons et canons rappellent à chaque instant la vocation de cette forteresse de montagne plusieurs fois assiégée, détruite et pillée.
    Le mobilier et les armes du XVe siècle ont été acquis dans les années 1900 et contribuent avec les lambris et les décors intérieurs à évoquer véritablement l'ambiance d'un château-fort.



    La visite se termine en haut du grand bastion qui nous offre un joli panorama sur les environs.
    C'est enchantés que nous rejoignons le camping-car après cette visite aussi intéressante qu'ensoleillée.
 

 

 

 

 

 

 

 

  • Quant à nous, nous parcourons trois kilomètres et dormons entre les vignes et les remparts de Bergheim. C'est un endroit très calme à recommander.

    Je suis assez fatigué avec ces grosses chaleurs. Il fait plus de 35° dans l'après-midi...
    Un vigneron passionnant et passionné nous entretiendra pendant plus d'une heure sur son métier. Il nous invitera pour le lendemain à une dégustation dans son domaine.
    Nuit réparatrice.

 

 

  • En 2013, après avoir longuement cherché le stade sans le trouver, nous passerons une nuit très calme sur une impasse qui domine le centre socio-culturel.
    Bordé par les vignes, l'endroit est particulièrement agréable.

 

 

 

 

 

 

 

  • Une promenade très agréable dans le village nous fait passer par l'église en grès rouge, la place centrale et nous mène à la porte haute, entrée fortifiée du 14ème siècle.
    Toilettes publiques et parking à cet endroit.


    Le chemin des remparts nous ramène au camion car il est temps de nous rendre chez François PLATZ qui nous avait invité la veille.



    Son accueil et son érudition nous ravissent. Nous ne verrons pas passer les 90 minutes qu'ont duré cette dégustation. Pas moins de 14 vins seront dégustés, du plus simple aux divines "Vendanges Tardives".
 

 

 

 

 

 

  • Un coup de téléphone passé en début de matinée à nos amis Jardin leur permet de nous rejoindre pour déjeuner.


    Excellent moment passé en leur compagnie avant qu'ils ne se dirigent sur l'Allemagne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- LES VINS D'ALSACE -

 


 

  • EDELZWICKER :
    Mélange de trois cépages, c'est le vin le plus "populaire" et le moins cher. Nous l'apprécions toutefois énormément.
  • SYLVANER :
    Sec, frais et fruité, il est agréable à boire et facile à apprécier. Il accompagne avec bonheur les hors-d'oeuvre et la charcuterie.
  • RIESLNG
    Sec, fier, racé, fruité, ce serait le roi des vins d'Alsace. Il est incomparable avec les poissons, les crustacés et bien sûr la choucroute.
  • MUSCAT :
    Sec et aromatique, il donne l'impression de croquer du raisin. Il est très apprécié en apéritif ou avec le célèbre kougelhopf.
  • TOKAY - PINOT GRIS :
    Vin capiteux, corsé, plein de noblesse, il aime la bonne chère comme le foie gras ou les rôtis. C'est également un apéritif de grande classe.
  • GEWURTZTRAMINER :
    Moelleux, bien charpenté et avec beaucoup de bouquet, il accompagne les plats relevés et les fromages corsés.
  • PINOT NOIR :
    Sec, délicieusement fruité, c'est une solution simple et agréable pour les buffets campagnards. C'est mon préféré !
  • CREMANT D'ALSACE :
    Elaboré selon la méthode champenoise, c'est pour beaucoup le "champagne du pauvre" qui peut être à la base de kirs très corrects.
  • VENDANGES TARDIVES :
    Issus de raisins cueillis fin novembre ou début décembre, dorés et affinés par la pourriture noble, les Vendanges Tardives expriment la quintessence des vins d'Alsace : des vins superbes, riches long en bouche et de très grande garde.
 

 

 

 

 

 

 

- LES EAUX DE VIE -

 

  • QUETSCH :
    Ce n'est pas de l'eau de vie de prune. Elle se fait avec un fruit long à chair jaune se détachant bien d'un noyau plat et que l'on cueille à la chute des feuilles.
  • MIRABELLE :
    Elle est pleine de caractère. Dégustée à petites gorgées, elle révèle toute la magie de son fruit.
  • MARC:
    Issus des plus prestigieux cépages, ils sont distillés selon la méthode traditionnelle dans des alambics de cuivre. Saveurs musquées, épicées et rares sont leurs caractéristiques.
  • KIRSCH :
    C'est la plus ancienne des eaux de vie. Il se savoure en digestif ou en cuisine ou encore dans les pâtisseries.
  • FRAMBOISE :
    C'est l'eau de vie des dames ! Elle était autrefois réservée aux tables royales en raison de son caractère unique.
 

 

 

 

 

 

  • Arrêt à Saint-Hippolyte, petite cité fortifiée située au pied du Haut-Koenigsbourg, pour voir l'église gothique.


    Nous admirons également une belle fontaine fleurie qui date de 1555 et de jolies maisons fleuries dont beaucoup remontent à la Renaissance.

 

 

 

 

  • Quelques kilomètres et ce sont l'église Saint-Georges, le cimetière fortifié et la Tour des Bouchers de Châtenois qui nous retiennent.
    Nuit possible sur le parking.
     
 

 

 

  • Encore une pause à Scherwiller, village aussi tranquille que fleuri, qui est traversé par une rivière.

 

 

 

 

 

 

 

  • C'est à Dambach-le-Ville que nous nous arrêtons pour la halte nocturne. Le parking est situé à droite, 50 mètres après la porte haute.
    Il pleuvra toute la nuit mais le soleil sera présent au réveil.
 

 

 

 

  • Un tour dans la ville fortifiée qui renferme elle aussi de belles maisons fleuries et nous montons à la chapelle Saint-Sébastien qui domine la cité. La vue sur la plaine d'Alsace est splendide.

 

 

 

 

  • Encore une coïncidence extraordinaire : grâce au logo C.C.L.F. apposé derrière la pare-brise, nous avons la chance de faire la connaissance d'Ykess, célèbre camping-cariste internaute alsacien, bien connu sur le net.
    Sympathique rencontre !

 

  • Après ces quelques jours de canicule, des trombes d'eau s'abattent sur la région.

    Malgré les intempéries, nous nous promenons longuement dans ces rues désertes.

    Dîner au restaurant "A l'Arbre Vert" : choucroute et desserts corrects. La patronne et la serveuse nous adresseront la parole uniquement pour prendre la commande. Elles préfèrent rester derrière le bar en compagnie de grands buveurs de vin et de bière...

     

 

  • Déjeuner sur une aire de pique-nique à Itterswiller (possibilité d'y dormir).
 

 

 

  • Quelques kilomètres et le charmant village d'Andlau surgit. Il est célèbre pour son église, reste d'un monastère. Le porche, une chaire en bois soutenue par Samson et la crypte sont les éléments les plus intéressants.
 

 

 

 

 

 

  • Pas de parking et des rues très étroites ne nous permettront pas de nous arrêter à Mittelbergheim. Dommage car ce serait un des "Plus beaux Villages de France".
     
 

 

 

 

 

 

  • Nous poursuivons sur Obernai où nous sommes orientés sur le parking des Remparts. Il reçoit déjà plus de 50 camping-cars.


    Rentrés tard de la visite, nous décidons d'y passer la nuit. C'est une pure folie : un train tous les quarts d'heure, des avions et surtout des jeunes en skate et en rollers qui font un bruit infernal jusqu'à minuit sur le terrain qui leur est réservé.


    Le seul avantage de ce parking est qu'il est très proche du centre.
 

 

 

 

  • Obernai est la deuxième ville touristique du Bas-Rhin après Strasbourg. Cette ville recèle un superbe patrimoine architectural, mêlant avec une stupéfiante harmonie remparts médiévaux et demeures Renaissance.

 

  • C'est la place du marché avec son ordonnancement resté miraculeusement intact depuis le Moyen-Age qui regroupe les principaux monuments : hôtel de ville, ancienne Halle aux Blés, Tour de la Chapelle.

    L'ensemble ne manque pas de charme et de nombreux touristes sont au rendez-vous.
    Nous nous promenons sur le chemin des remparts avant d'aller flâner dans les ruelles où les maisons anciennes sont nombreuses.
 

 

 

 

 

 

  • Le lendemain jeudi, jour de marché, dès 8 heures, des centaines de voitures tournent et virent à la recherche d'une hypothétique place. Quel bruit !
 

 

 

  • Par contre, le dimanche, l'endroit est particulièrement tranquille.
    Longue promenade dans les rues malgré un temps maussade.



    A noter un excellent pain chez l'unique boulanger et de délicieux gâteaux à la patisserie Schaeffer.



    Le lendemain est consacré au ravitaillement dans un gigantesque hypermarché CORA.

 

 

 

 

  • L'après-midi, dégustation de vins chez Monsieur FINCK, 129 rue Principale à Goxwiller.
    La cave de ce vigneron indépendant est située à 3 km d'Obernai. Nous recevons un excellent accueil et faisons provision d'Edelswicker, de Pinot noir et gris et de Crémant.
 

 

 

  • Pour finir cette journée, nouvelle promenade dans Obernai avant d'y passer la nuit.
 

 

 

 

  • Ottrott est surtout réputé pour son Pinot Noir de Bourgogne, délicieusement fruité, le fameux "rouge d'Ottrott".



    On découvre aussi des ruelles pittoresques, des vieilles demeures, la Fontaine du Lion et les Eglises Saint-Nicolas et Saint-Simon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Nous poursuivons sur Boersch, construit tout en longueur, qui a conservé trois vielles portes. La place principale est cernée par des anciennes maisons dont la plus remarquable est la mairie.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Tout en longueur également, Rosheim est une ville de vignerons. Là aussi, trois portes, de vieilles maisons et la gigantesque église Saint-Pierre - Saint -Paul sont à découvrir dans cet endroit très coquet.


    C'est ici que l'on peut voir la plus vieille demeure d'Alsace, la Maison Romane, belle construction du XIIème siècle curieusement émaillée de minuscules ouvertures.


    Il ne faut pas manquer de faire le tour des remparts.

 

 

  • Parking calme et agréable le long d'une voie ferrée désaffectée sur la déviation Ouest.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • L'Office de tourisme de Molsheim distribue un plan de la ville avec un circuit qui permet de découvrir les principales curiosités de la ville.
    C'est malheureusement sous un violent orage que nous visitons cette ville en fin de soirée.


    C'est le Metzig sur la place principale qui tient la vedette.

    D'aspect typiquement alsacien, il fut construit par le Corps des bouchers. L'église appartenait des Jésuites, la Chapelle Notre Dame, l'Hôtel de la Monnaie, la Porte des Forgerons ou le Prieuré des Chartreux sont aussi au programme.

 

 

 

 

 

  • C'est à Saverne que se termine notre périple d'avril 2013.

    Cette petite ville abrite de belles maisons anciennes à colombages ainsi que le château des évêques de
    Strasbourg qui apportèrent à la cité faste et prospérité.

    Face au château, la place du Général de Gaulle conduit d'emblée à la Grand'Rue, la plus large artère qui suit l'axe principal de l'ancienne ville romaine.
 

 

 

 

 

 

 

  • Les vacances 2004 sont terminées et il faut penser à rentrer. Nous sommes enchantés par ce séjour chaud et ensoleillé en Alsace, par les paysages et par les merveilleux villages que nous avons visités.
    Ne manquez surtout pas
    Eguisheim qui fut notre coup de cœur (élu "village préféré des Français pour l'année 2013").

    Cet itinéraire est vraiment à conseiller.
 
  • Malgré une météo souvent maussade en avril 2013, nous quittons cette belle région avec regret, ravis par notre séjour.
 

 

 

 

 

 

 

- RETOUR CARTE DE FRANCE -

 

  


Merci de votre visite et à bientôt !

 

 

 

Bernard.Tartois@wanadoo.fr